La révolution du paiement est en marche !

30
mai
Il y a 1 année
Auteur Par SSP
Dans Non classé

La révolution du paiement est en marche !

La mise en œuvre de la DSP2 (Directive de Services de Paiement 2) a profondément impacté le marché des paiements et la manière de consommer les services financiers. L’abaissement des barrières à l’entrée a laissé place à de nouveaux acteurs intermédiaires désormais plus connus sous le nom d’agrégateur de compte (AISP) et d’initiateur de paiement (PISP). Ces acteurs ont pour ambition d’accompagner les entreprises commerçantes dans les nouveaux défis de demain (expérience client, baisse de la facturation, sécurité, nouveaux usages…) en proposant des services digitaux innovants.

Voici trois bonnes raisons pour les entreprises commerçantes de s’intéresser au nouveau rôle joué par les PISP dans le cadre des paiements en retail et en ligne :

A terme l'initiation de virement remplacera la carte bancaire

Partager cet article

1- Optimiser ses frais bancaires

Avec l’initiation de paiement, la DSP2 ouvre le monopole bancaire à de nouveaux acteurs, capables de désintermédier les banques. Au lieu de payer avec une carte bancaire, le client pourra désormais demander à un tiers de paiement d’initier un virement pour son compte à travers une application mobile ou un objet connecté. De manière plus concrète, en magasin, le consommateur se rendra sur son application mobile qui communiquera à l’aide du NFC ou d’un QR code avec la caisse du marchand. Ainsi, l’ordre de virement sera pré-renseigné (montant, date, coordonnées bancaires du bénéficiaires, motif du virement…) et le consommateur n’aura plus qu’à valider la transaction.

Ce type de transaction de compte à compte (entre le compte du client et celui du marchand) permet aux entreprises de réaliser des économies d’échelle considérables en réduisant le nombre d’intermédiaires liés à une transaction par carte : le constructeur du terminal de paiement, le processeur du commerçant, la banque du commerçant, le processeur de l’émetteur, le fournisseur de la carte à puce, le réseau d’acceptation CB… Ce type d’opération est devenu possible grâce à l’Open Banking et l’obligation des banques de laisser ces nouveaux prestataires accéder aux données de leurs clients.

2- Sécuriser ses transactions

L’initiation de virement présente également une opportunité pour les entreprises commerçantes dans la lutte contre la fraude. Il permet aux marchands de proposer un moyen de paiement irrévocable et non-répudiable au consommateur. Contrairement au chèque, à la carte bancaire ou au prélèvement, le virement n’est effectif qu’en cas de provision suffisante sur le compte.

En 2016, selon l’observatoire de la sécurité des moyens de paiement, la fraude s’élevait à 800 millions d’euros en France. Cette situation requiert beaucoup de temps, d’argent et d’énergie aux entreprises qui souhaitent sécuriser leur transaction. L’utilisation du virement couplé à une authentification forte du consommateur lors de l’accès à son compte de paiement permet de supprimer la fraude.

3- Diversifier son offre de moyens de paiement

Le succès de la carte bancaire est sans équivoque. Depuis plus de trente ans elle s’est imposée comme incontournable dans l’univers du paiement. Pourtant, elle n’adresse pas toutes les problématiques rencontrées par les entreprises commerçantes comme en témoigne la résistance du chèque en France (2,13 milliards de transaction en France, soit 12% de l’ensemble des transactions scripturales).

De manière générale, la carte bancaire est peu adaptée pour les montants élevés pour lesquels les plafonds mensuels ou quotidiens sont parfois mal ajustés aux besoins du consommateur. En effet, même si le compte du consommateur est assez provisionné, un paiement par carte bancaire sera refusé s’il dépasse le « plafond » qui lui a été affecté. Le recours à un PISP permet aux entreprises commerçantes de compléter leur offre en matière de paiement en proposant une alternative à la CB sans limite de plafond.

Le paramétrage d’un « retry » proposant de régler par virement permet au consommateur de finaliser son acte d’achat.

Que propose Score & Secure Payment face à ces nouveaux enjeux ?

Score & Secure Payment a lancé en 2017 la première solution de paiement par compte bancaire (SCT, SCT Inst & SDD), SAFEDEBIT. Cette solution de paiement mix « Push &Pull » répond à tous les besoins de paiement des entreprises (abonnement, comptant, différé, plusieurs fois, caution, livraison, encours, carte privative…). SAFEDEBIT n’est pas relié à un système de paiement par carte bancaire, sa technologie disruptive permet aux entreprises commerçantes d’intégrer la fonction de paiement à moindre coût dans leur application mobile, sur leur carte de fidélité ou bien simplement en téléchargeant l’application mobile.

Au même titre qu’un paiement par carte bancaire, une transaction réalisée avec SAFEDEBIT est garantie pour le vendeur. Même si le consommateur n’a pas la provision sur son compte ou qu’une fraude est avérée, et dès lors que la transaction SAFEDEBIT est acceptée, le commerçant est certain d’être crédité de la somme en question. Concernant la fraude et les impayés, SAFEDEBIT inclut un dispositif de lutte anti-fraude afin de sécuriser les transactions bancaires. Son système de scoring innovant intègre des nouvelles technologies informatiques telles que le Big Data et le Machine Learning pour détecter et réagir au plus vite face aux nouveaux types de fraude.

Vous souhaitez obtenir une présentation de notre solution « SAFEDEBIT » ?

Nous vous remercions d’envoyer un mail à l’adresse suivante : ssp.webmarketing@gmail.com

Partager cet article

Retour aux articles